Survey on the experience of 500 youth (14-21 year old) gay, lesbian, bi and trans or questionning they

Feuillet d’information
Enquête sur le vécu de 500 jeunes (14-21 ans) gays, lesbiennes, bisexuel-le-s, transgenres ou en questionnement sur leur orientation sexuelle au Québec (et implications pour l’intervention).Quel est le but de ce questionnaire?
Ce sondage vise à mieux connaître le vécu des jeunes gays, lesbiennes, bisexuel-le-s, transgenres ou en questionnement au Québec (GLBTQ).Qui peut répondre?
Toute personne âgée entre 14 et 21 ans.Est-ce que c’est long?
Cela prend environ quinze à vingt minutes.Est-ce qu’on pourra m’identifier ou me retrouver à partir de mes réponses?
Non, parce que le sondage est anonyme. Tu n’as pas à fournir ton nom ni tes coordonnées. Il n’y aura aucun moyen pour l’équipe chargée d’analyser les données du sondage de faire des liens entre ton nom et ton code d’utilisateur. Tes réponses vont s’en aller automatiquement dans une banque de données avec les réponses de centaines d’autres jeunes. Il ne sera pas possible de savoir qui a dit quoi et les données ainsi conservées sous forme anonyme pourront servir uniquement à des chercheurs autorisés, pour cette recherche-ci ou d’autres.

Qu’est-ce que ça va me donner?
Habituellement, les jeunes aiment répondre à ce genre de questionnaire. Cela leur donne l’occasion de réfléchir sur eux-mêmes et sur leur parcours de vie sans être jugés. Les résultats de la recherche serviront plus tard à améliorer les services offerts aux jeunes GLBTQ et à mieux former les intervenants jeunesse.

Est-ce que je suis obligé de répondre?
Tu es complètement libre de répondre ou non. À tout moment, tu pourras cesser de répondre, peu importe la raison. Tu n’auras qu’à cliquer sur le bouton « Quitter le sondage » qui apparaîtra au bas de l’écran.

Est-ce qu’il y a des conséquences négatives possibles?
Tu ne cours aucun risque à participer à ce sondage. Toutefois, il est possible que certaines questions te rappellent des souvenirs ou des expériences désagréables. Si c’est le cas et que tu trouves cela difficile, n’hésite pas à contacter un autre intervenant en qui tu as confiance (psychologue, travailleuse sociale, éducateur, par exemple)

Ce projet a été approuvé par le comité d’éthique de la recherche de l’Université Laval : numéro d’approbation 2012-150 / 19-06-2012.
Pour répondre au sondage, cliquez ici.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.